26.1. La lune et ses secrets au fil des découvertes

L’auteur Silvano Trotta dit, au début de ses explications relatives à ses recherches approfondies concernant l’astre que nous admirons tous les soirs, lorsqu’elle est visible Dame Lune que des informations peuvent déranger mais les faits sont là. Nous nous basons sur ses données approfondies pour cet article car, ce document vidéo La Vérité Cachée de la Lune : La Clé de certains mystères mérite toute notre attention par la richesse de tout ce qui est dévoilé et analysé et nous ne pouvons que remercier l’auteur et son talent, sa générosité à nous partager son savoir.

Ce document vaut de l’or au niveau de la recherche et des données précises et approfondies où nous ne pouvons que remercier l’auteur et son enquête des plus minutieuses.

Que savez-vous de la lune ? Les scientifiques ne savent pas exactement quelle est l’origine de la Lune. Il est important d’écouter ce document car je n’en ferai pas un résumé ici. Je donnerai quelques extraits sans plus.

Différentes hypothèses ont été émises sur l’origine de la Lune : il n’y en a aucune qui ne soit suffisamment étudiée et toutes les hypothèses restent vagues et voire farfelues explique l’auteur avec de forts arguments à l’appui !.

La Lune fait une tour sur elle-même et nous ne voyons toujours que la même face. Le rapport taille Lune Terre est exprimé. La plus vieille représentation de la Lune se trouve sur le disque de Nebra. Il date de 1600 avant notre ère : c’est très récent. Vous en avez l’illustration dans le document vidéo et ici sous la vidéo en question.

Précieux document de Silvano Trotta : La Vérité Cachée de la Lune : La Clé de certains mystères.
Disque de Nebra : 1600 avant Jésus Christ

Le disque de Nebra se présente sous la forme d’une plaque circulaire sur laquelle se détachent des motifs en plaques d’or incrustées supposés être en partie des corps célestes : un croissant représentant la lune, le disque central pouvant être le soleil ou bien la lune, un groupe de sept points serait la constellation des Pléiades, deux autres motifs en arcs.

Il pourrait s’agir d’une représentation du ciel pour une personne qui se serait trouvée il y a 3.600 ans en Allemagne, observant l’apparition des Pléiades. Cela pourrait être considéré comme la représentation la plus ancienne de la voûte céleste. L’archéologue allemand Harald de Meller la qualifie de « ciel étoilé automnal ».

Les premiers croquis de la Lune furent dessinés par Galilée.

Croquis de Galilée représentant la Lune

Les croquis de la lune de Galilée datant de 1610

En 1818 à Chigaco au Musée des sciences de cette même ville, une énorme et magnifique représentation de la Lune ci dessous : n’est t’elle pas remarquable ?

Du site novaplanet.com



Avant la Nasa, il y avait Étienne Léopold Trouvelot.

Toutes ces sources nous sont donnés par l’auteur Silvano Trotta du document vidéo principal : un vrai régal de données précises. Je la nomme la Meilleure vidéo de mon année 2019 : j’ai adoré l’écouter car il parle de la Lune à tous les poins de vue : cette Lune qui nous fait vibre depuis l’enfance et que nous admirons tant, qui a inspiré tant de poètes, tant de musiciens et qui semble avoir le visage d’une mère dans ce grand ciel auquel nous sommes reliés par le fond de nous-mêmes.

Étienne Léopold Trouvelot se voit confier la lunette astronomique (de 60 cm) de l’Observatoire du Collège de Havard en 1875 car il fut remarqué par un professeur éminent et il l’inclut dans son équipe. Etienne Trouvelot produira plus de 7.000 illustrations astronomiques !

Voyez sur cette vidéo les clichés prises par la Nasa avec Discover se trouvant juste derrière la lune face à la terre. Ce que conseille l’auteur de cette vidéo documentaire qui mérite à ce que l’on voie et revoie son documentaire car il est impressionnant et dense de données remarquables bien documentée, c’est pourquoi je lui donne la note d’Excellence pour la meilleure vidéo de l’Année 2019, l’année où j’ai pris connaissance de ce documentaire remarquable à tous les points de vue. C’est pourquoi, il est impossible dans ce cas, d’en faire un résumé et d’en extraire toutes les données sans en faire un grossier plagiat. De plus l’éloquence de l’auteur lui vaut le statut de Conférencier et le prix de l’Eloquence.

Revenons à Etienne Trouvelot ce fabuleux astronome, illustateur français précurseur des illustrations de la NASA qui voit la nuit du 28 février 1817 un mince rayon lumineux, tendu dans le cratère de Dox (orthographe?)étendu dans le cratère. Il en décrira plein d’autres dont un dans le cratère Arsta (orthographe ?) : voir ici sur le LIEN le plan de la Lune et ses différents cratères : vous pouvez aggrandir l’image sur ce lien.

Ce genre d’observation furent par dizaines de milliers depuis l’invention de cette lunette. De nos jours on les appelle phénomène LDT phénomène de lumière transitoire. Un livre a été écrit à ce sujet « La lune et les planètes ».

Un catalogue de la NASA parle d’une cinquantaine d’observations de traits lumineux et parle d’un « lieu mort » la lune serait un lieu mort or, il y a une atmosphère et des nuages…. déduisons en ce que nous voulons et suivons bien l’auteur dans ses raisonnements logiques.

Par contre en Angleterre, une édition reprend 1600 phénomène lumineux sur la lune sur une période d’à peine deux ans par l’Observatoire royale de Greenwitch et ce, avec un télescope, à peine près de 500 pour la NASA sur plus de quatre siècles….La Nasa fait donc plein de choses mais surtout pour cacher des données essentielles et réelles. Et puis, par rapport à ces phénomènes lumineux : plus aucune donnée et ce, malgré les télescopes et les sondes !!!

Retournons sur la Lune ! Le cratère Platon est célèbre pour ses lumières ! Il fait environ 100 kms de diamètre et il a un fond qui change de couleur ! Ses rebords sont parfois élevés et il y a des brumes qui se développent autour d’eux. L’on y voit beaucoup d’objets luminescents s’y déplacer ainsi que des formes géométriques : des carrés, des triangles etc. se déplaçant vers Platon et dévallant ses bords. En 1966 on y a vu des points rougeoyants ! On veut nous faire croire que tout cela est « mort » mais c’est démenti par la NASA elle-même : ils ont distribué au monde entier des roches lunaires mais en sont restés là. En 1970 la Nasa déclare que les premières analyses de la NASA remarque que l’analyse des roches lunaires dateraient de 4 milliards d’années : sur les surfaces de la Lune l’on trouve les plus vieilles roches qui soient par rapport à la planète terre beaucoup moins âgée soit au maximum 3,4 milliard d’années. La Nasa dit ensuite que sans doute les roches profondes de la Terre se trouvent enfouies dans les sols profonds…

Nous ne sommes qu’à 25 minutes de vidéo, et nous voilà déjà riches de données sur cet astre reflétant les rayons du soleil chaque nuit. Je vous donné donc rendez-vous au prochain article pour continuer à approfondir cette vidéo documentaire remarquable à voir et à revoir.

A bientôt chers lecteurs, toute notre reconnaissance à Silvano Trotta et à tous ceux qui ont apporté une contribution imagiaire et autres à cet article. Réjouissons-nous de la suite car il reste plus d’un heure à écouter et à voir sur son document vidéo et ses études approfondies du sujet qui tous nous intéressent et nous passionnent !

©Colinearcenciel 

Laisser un commentaire