6. Aux pieds de l’Eglise d’Herbeumont

Aux pieds de l'Eglise d'Herbeumont
Aux pieds de l'Eglise d'Herbeumont

Aux pieds de l’église d’Herbeumont, j’ai pensé à Dieu

Mon âme s’est jointe à des voeux pieux

Les pierres en regorgent de ces mots là

Bien qu’ils s’envolent et se fixent là bàs

A la lumière aveuglante impossible à voir

Les yeux me brûlent certains soirs

De tant de lueurs d’espoirs et désespoirs.

Aux pieds de l’église d’Herbeumont

La rosace entoure le vitrail comme une dentelle

Je ne puis penser à des bagatelles

Elle demeure comme un puit sans fond

Les cris résonnent en mille échos

De plus en plus lointains jusqu’au silence

Comme sur l’eau une goutte forme des cercles

De plus en plus large jusqu’à la rive

Un cycle de répétitions sans que jamais 

Ce ne soit juste pareil ni semblable.

Aux pieds de ce grand édifice à l’extérieur

Le clocher tend un coq aux nuages

Dans le ciel point de traces de ton passage

Où es tu Lumière des Lumières.

Toi qui a tissé nos berceaux

Ainsi que les trames des non hasard.

Le soleil n’est plus maintenant

Il se trouve de l’autre côté de la terre

Lui considéré  autrefois comme un représentant

Une bien pâle image du créateur

L’objet de Celui ci

Un objet si petit

Aux pieds de cette église majestueuse

Je sens en moi ton Amour reposant

Ta force, une bienfaisante sérénité

Comme un coeur tout brillant

Un joyau bien vivant

Dont je suis l’écrin, la dépositaire

Une semence incroyable

Et je demeure béante à cet Amour céleste

Au coeur de ma vie

Du Don que tu m’as donné

Celui de T’aimer.

Aux pieds de l’église d’Herbeumont

J’ai pensé à Dieu.

 ©Colinearcenciel 12 décembre 2000

Aux pieds de l'Eglise d'Herbeumont

Laisser un commentaire